L’Hyperloop : une idée de transport révolutionnaire bientôt prête à voir le jour ?

 

Les embouteillages routiers représentent l’une des plus grosses contraintes pour qui veut se déplacer. En France, et plus particulièrement à Paris, les habitants ont perdu près de 163 heures dans les bouchons, soit encore 5 heures de plus qu’en 2018.  Face à ce problème de masse, qui s’avère qui plus est polluant et néfaste pour l’environnement, la recherche et mise en place de solutions deviennent urgentes. Ce temps précieux perdu dans les embouteillages doit être récupéré pour être mis à contribution dans des occupations plus pertinentes, c’est ce que pense Elon Musk qui propose alors en 2013 la solution révolutionnaire : L’Hyperloop.

Grâce à ce transport commun vaguement semblable à un train, il deviendrait possible de se déplacer à la vitesse du son (ou presque). Comment est-ce possible ?

 

L’ELECTROMAGNETISME COMME VOIE PRIVILEGIEE

Loin d’être simple, ce transport fonctionnerait par le biais d’un système de capsules de passagers transitant par un double tube sous basse pression à une vitesse dépassant les 1000 km/h ! Ces capsules, ou pods, flottent sur des coussins d’air au sein de tubes à basse pression. Des moteurs à inductions solaires sont installés le long des tunnels afin de créer un champ électromagnétique, semblable aux moteurs des voitures Tesla. C’est ainsi que l’élan nécessaire est conservé pour le déplacement des pods. Les capsules ne rencontrent alors aucune perturbation et elles peuvent maintenir une vitesse élevée. A grande échelle, ce nouveau transport futuriste instaurera un mode de déplacement plus performant et écologique que les précédents.

 

UN PREMIER ESSAI HUMAIN CONCLUANT ET PROMETTEUR

L’Hyperloop n’est pas qu’une solution théorique. Un premier test humain a été réussi en 2020 ! Depuis 2013, trois entreprises ont travaillé sur sa réalisation : Virgin Hyperloop, Hyperloop Transportation Technologies et Transpod. Plus de 400 tests ont déjà été réalisés sur leur site d’essai de 500 mètres dans le désert du Nevada. Et c’est en ce dimanche 8 novembre 2020 que des humains ont pû pour la première fois monté à bord de l’Hyperloop. Sara Luchian, responsable de l’expérience passager, et Josh Giegel, cofondateur de Virgin Hyperloop, ont embarqué au sein de la capsule « Pégasse » à une vitesse de 160 km/h.


A QUAND L’HYPERLOOP ?

Si les réussites s’enchaînent et que ce projet gagne en ampleur, les trajets seront très rapides, moins chers, plus écologiques, sans nuisance sonore et sans contraintes horaires. Il pourra être mis en place dans des régions ou des pays en développement, comme l’Inde ou Dubaï, où les transports ne saturent pas encore l’espace. Il s’avère que même aux Etats-Unis, le ministère des Transports a publié des directives afin de garantir un cadre dédié à l’Hyperloop dans le pays.

Pour le moment, le projet en est toujours à sa phase de vérification afin de n’être présenté au monde que lorsqu’il sera optimisé. Les règles à mettre en place pour l’instaurer et les coûts financiers que cela impliquerait s’imposent encore comme un frein à son installation, mais les enjeux sont tels qu’il ne faudrait pas s’étonner de sa mise en vigueur dans une dizaine d’années !

 

Ecrit par Estelle DESAVIS

 1,185 total views