Ces startup qui luttent contre la faim

Avec la journée Gawad Kalinga qui approche et la popularité croissante du Business For Good, il m’a paru opportun d’aborder un sujet qui me tient particulièrement à cœur : la place de l’entrepreneuriat social dans la réduction de la faim.

La réponse à un enjeu majeur

Avec près de 815 millions de victimes dans le monde, une augmentation de plus de 38 millions en comparaison avec l’année précédente, 155 millions d’enfants qui souffrent d’un retard de croissance et 52 millions d’’insuffisance pondérale, la faim dans le monde ne cesse de croître et le fossé des inégalités de s’élargir. Ces chiffres peuvent paraître lointains, étrangers, mais ils traduisent pourtant le douloureux quotidien de plus de 11% de la population mondiale.

La question de la gestion des ressources alimentaires, de leur répartition est donc un problème contemporain majeur, qui nous concerne tous. Comme le disait si bien Coluche, «c’est pas vraiment de ma faute si y’en a qui ont faim, mais ça le deviendrait si on y changeait rien »

C’est ce qu’ont décidé de faire ces entrepreneurs dits « responsables », et pas de n’importe quelle façon. En construisant des business modèles durables et combinant ainsi la performance économique et la lutte contre la faim, ils se dressent en véritables héros des temps modernes, charismatiques, novateurs et téméraires.

L’innovation, au cœur de l’engagement de ces entreprises

Mais qui sont-ils ? Voici quelques startups qui ont fait de la lutte contre la faim leur combat, et qui relèvent avec brio le défi :

Too Good To Go : « Réduis le gaspi, manges à petit prix », voilà ce que promet cette application qui ambitionne de révolutionner les modes de consommation. Créée en 2016 par Lucie Basch, l’entreprise résulte d’une volonté de réduire le gaspillage alimentaire tout en proposant des aliments moins chers. Trop beau pour être vrai ? Comment c’est possible ? C’est simple, il suffit d’aller sur l’application qui permettra alors de savoir quels magasins ont des invendus et de les acheter à un moindre coût.

Protifly  ou comment repenser l’agriculture ! Cette start up, fondée il y a bientôt deux ans par deux alumnis de TBS propose des engrais à base … d’insectes ! En plus d’être favorables à l’écologie, ces engrais, durables et biodégradables, permettent de cultiver plus et mieux, et de fertiliser les sols !

Feed : Cette foodtech parisienne propose des repas complets à prix raisonnables. Sous la forme de barres nutritives, boissons ou préparation en shaker. L’objectif n’est pas de supplanter complètement l’alimentation traditionnelle, mais la start up en offre une alternative pratique, pour se nourrir mieux et efficacement.

Des limites encore trop apparentes ?

Néanmoins, les efforts des entrepreneurs ne suffisent pas toujours, le problème de la faim dans le monde affecte moins certaines sociétés, certains pays que d’autres. Lutter contre la faim ne consiste pas à trouver une solution miracle, un engrais magique, mais d’abord à changer et à faire évoluer les mentalités, en luttant contre le gaspillage alimentaire, en cultivant des aliments plus nutritifs et en facilitant leur commercialisation.

Dès lors, si nos entrepreneurs sont sur la bonne voie, l’objectif du millénaire de l’ONU (éradiquer la faim dans le monde) est loin d’être atteint. La prise de conscience doit être générale. Alors mobilisons-nous ! La faim dans le monde est un problème qui nous concerne tous et qui, s’il n’est pas résolu, peut avoir de graves répercussions sur les années à venir.

Yasmine El Alami Idrissi

 

 

2,307 total views, 11 views today

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *