Au fait, c’est quoi une startup ?

         Il n’est pas rare d’entendre toute sorte d’idées reçues sur ce qu’est une startup : une entreprise innovante ? un projet réservé aux jeunes ? où l’on joue au baby-foot ou aux fléchettes entre deux brainstormings ? Pas vraiment, et pourtant, ces idées reçues ne sortent pas de nulle part, et le monde des startups n’y est pas pour rien. Et le jargon riche en anglicisme n’aide pas vraiment à déconstruire ces préjugés sur le mode de fonctionnement de ces EVNI (entendez Entreprise Vivace Non-Identifiée). En effet, le monde des startup promeut une forte culture du langage qui crée une barrière avec le monde extérieur.

Mais cette acculturation n’est pas le sujet de cet article. Il s’agit plutôt de débroussailler les préjugés pour comprendre ce qu’est réellement une startup.

Loin de tout cela, une startup c’est tout d’abord une entreprise qui se concentre sur un seul problème : un problème qu’un maximum de personnes rencontrent au quotidien. Ou du moins à assez de personnes pour que cela constitue un marché. Il doit également être urgent et récurrent.

A ce problème, la startup apporte une solution, le plus souvent innovante mais pas obligatoirement. Et une solution qui va révolutionner le game, révolutionner ce qui existe déjà : 100 fois plus vite, 10 fois moins cher, le plus doit être conséquent pour qu’elle s’impose.

Le Business Model doit lui être scalable. Je m’explique : la scalabilité c’est « le fait qu’une startup multiplie 15 fois son volume d’affaires tout en confortant sa rentabilité » (selon 1001startups). Autrement dit, cette scalabilité est centrale puisque cela lui permet de passer de l’échelle régionale/nationale, à l’échelle internationale sans être absorbée par des coûts qui la dépassent. Les fondateurs pensent toujours international même si le marché national est souvent la première étape. Une fois que la startup a développé sa solution, elle va pouvoir la vendre à une personne, ou mille personnes pour des coûts qui ne seront pas multipliés par mille : elle automatise le processus parce que son produit va convenir à tous ses utilisateurs sans devoir être adapté. Le Business Model est donc central : les abonnements sont monnaie courante, tout comme les licences.

La startup répond donc à un problème fort avec un modèle de revenu scalable. Elle a de ce fait un fort potentiel de croissance : on parle de croissance exponentielle. Enfin, cette startup se place sur un marché nouveau, un marché qu’elle cherchera à conquérir sans être en concurrence avec les acteurs présents parce que sa solution aura quelque chose de plus.

Sans toutefois avoir théorisé la startup, vous aurez compris qu’elle est une entreprise avec un mode de fonctionnement un peu spécial, mais qu’elle n’est pas réservée qu’aux jeunes et aux adeptes des anglicismes, mais bien à tous ceux qui veulent vivre une aventure forte, enrichissante, pleine de risques, de hauts et de bas, et qui permet d’aller au bout de ses rêves. A qui le tour?

Tanguy Munch

1,611 total views, 3 views today